dima
  • Chlorure de Sodium

    12.10.2016 - 10.11.2016
    Complément de Matière, Commissariat : Estelle Deschamp & Pierre Andrieux
    Le Deuxième Bureau, Bordeaux
    Photos © Pierre Andrieux

    Chlorure de Sodium, 2016, Sel, eau, verre, fer, cuivre, 220 x 220 x 50 cm.

    Chlorure de Sodium est motivé par des recherches sur l'extraction des minerais et les étapes successives qui mènent au produit fini. Les mines sont une plaie pour l'environnement tout comme la dispersion de minéraux et de métaux. Mes expériences d’atelier furent une tentative de comprendre les réactions chimiques qui abreuvent l’industrie, puis de quantifier les déchets qui en découlent. Chlorure de Sodium se compose d’éléments essentiels aux constructions de nos architectures, le verre et le métal, et d’un élément absolument commun, le sel. Cette installation est transformée par deux fondamentaux, à savoir l’eau et l’énergie.

    Toute transformation s'effectue dans une relation d'ambivalence.Par jeu de contamination, une pyramide de sel vient irriguer une multitude de récipients en verre. Des réactions en chaîne ont lieu et l’oxydation continue son processus naturel d’altération.Liée à l’espace où elle se construit, Chlorure de Sodium s’établie dans un lieu donné et s’amplifie pendant la durée du projet.

    Réfléchissant notre logique productiviste où l’accumulation serait la valeur absolue, Chlorure de Sodium est l’observatoire des principes de cristallisation, d’oxydation et d’oxydo-réduction. La corrosion n'est qu'un retour à l'état « naturel » d'oxyde pour ces métaux forgés par l'intervention de l'homme. La chimie inorganique façonne nos constructions. Et puisqu’il est question de mesure, à quel moment franchit-on le seuil de toxicité ?