27.11.2014 – 17.01.2015
Primo Piano, Paris

Photos © Romain Darnaud

« Au commencement était le trou.
Un voyage. Une pierre. Un trou. Une photo.
Le trou dans la pierre devient le trou photographié devient le trou dessiné devient le volume d’un trou. Déclinaison du trou. Cette transformation – le « transport de l’image » – emprunte le chemin inverse de la sculpture photographiée, où le volume est écrasé au profit de l’image. Dans l’ensemble d’œuvres de Pauline Toyer présenté ici, le trou se révèle au contraire comme le point de départ de diverses formulations plastiques. Nous ne pouvons éviter de projeter, en partant de notre propre corps perceptif, notre portrait narcissique dans ces trous. »
Lucia Schreyer